Prime attribuée aux sénateurs : une heureuse annulation

Publié le par Julien Freyburger

On ne peut que se satisfaire de l'annulation de la décision de verser une prime exceptionnelle aux sénateurs en ce milieu d'année. Le Collège de la Questure du Sénat, qui rassemble les différentes sensibilités de la Haute Assemblée, avait en effet décidé d'effectuer un rattrapage sur un complément d'indemnité représentative de frais de mandat, le tout en une seule fois.

 

Non seulement cette décision ne se justifiait pas, sauf peut-être sur un plan exclusivement "technique", mais elle envoyait un bien mauvais signal à la population de la part de parlementaires qui auraient produit l'impression, dans un contexte de difficultés économiques et sociales, d'être totalement déconnectés de la vie réelle du pays c'est-à-dire des Français.

 

Il n'est pas question de dénoncer pêle-mêle, sans aucune forme de nuance, les indemnités liées à l'exercice d'un mandat électif et les avantages réels ou supposés inhérents à la vie publique. Il existe certes des excès qui doivent être combattus - certains avec une sévérité exemplaire - mais il ne faut pas tomber dans le piège de l'amalgame.

 

Le fait de se consacrer à la collectivité, à travers un mandat confié par les électeurs, exige la mise en oeuvre d'efforts constants et une mobilisation de chaque instant. Cela ne se conçoit pas sans un travail de fond et une vraie "mise à disposition" de la collectivité.

 

Le travail des élus est une réalité, à eux de ne pas le déconnecter de la réalité de la France et des Français.

Publié dans En France et Ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Marc 11/07/2011 11:49


Bien vu ce commentaire. Certains élus vivent dans une bulle. C'est une raison de rajeunir et de renouveler, une raison de plus. Cordialement.