Démocratie participative simulée

Publié le par Julien Freyburger

Communiqué de Julien FREYBURGER
Conseiller municipal de Maizières-lès-Metz
Chef de file de Maizières Ensemble, l’opposition municipale

 

Face à la dérive autoritariste du maire et à un simulacre de démocratie,

l’opposition quitte le Conseil municipal.

 

Une fois de plus, la démocratie est bafouée à Maizières-lès-Metz par le maire et son équipe.

 

Au début de la séance du Conseil municipal du 25 mars 2013, les élus avaient à se prononcer sur l’approbation du compte rendu du Conseil précédent, en date du 18 février 2013.

 

Le principal point à l’ordre du jour du Conseil précédent était le Débat d’orientation budgétaire (DOB), qui avait donné lieu à une intervention de l’adjoint en charge des finances et à deux prises de parole de l’opposition municipale, celles de François LACK et la mienne.

 

Dans le compte rendu, plus de 7 pages sont consacrées aux développements de la majorité municipale dans le cadre du DOB. Quant aux prises de parole de l’opposition, elles sont résumées en une seule phrase : « MM. LACK et FREYBURGER prennent la parole l’un après l’autre et après avoir entendu les réponses données par M. le Maire, la parole est donnée à Mme Catherine GLOGLOWSKI, Conseillère municipale qui fait la lecture du point relatif à la modification du tableau d’amortissement des immobilisations » (c’est-à-dire le point suivant).

 

Alors que mon collègue François LACK s’est exprimé plusieurs minutes et que j’ai développé de nombreux points municipaux pendant près d’une heure, nous n’avons même pas eu droit à un simple résumé de notre propos, la majorité municipale étant gratifiée d’un compte rendu intégral du sien.

 

A quoi sert un « débat » d’orientation budgétaire s’il s’achève par le compte rendu de la « pensée officielle », au mépris des opinions différentes (soutenues par près de la moitié de la population) ? A rien, comme l’ensemble de la démocratie participative à Maizières qui n’est qu’un slogan sans contenu.

 

Alors que j’ai proposé au maire de remédier à cette omission volontaire en relatant notre propos dans le compte rendu du Conseil de ce jour, il nous a pour toute réponse opposé un mépris incompatible avec la vie normale d’un Conseil municipal.

 

Face à ce mépris, nous avons pour la première fois au cours de ce mandat décidé de quitter le Conseil municipal qui ne présente plus aucun intérêt, tant il a été vidé de toute substance par la majorité sortante.

 

Maizières-lès-Metz et les Maizièrois méritent mieux qu’un simulacre de démocratie.

Publié dans Autour de Metz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article