Centrales d'enrobage à Talange : un sérieux manque d'information et de concertation

Publié le par Julien Freyburger

Ce n'est plus une mais deux centrales d'enrobage dont la construction est envisagée à Talange. Je comprends les entreprises qui veulent s'implanter sur la nouvelle zone industrielle du port, de même qu'on ne peut qu'être particulièrement sensible à la création d'environ trente emplois.

 

En revanche, je comprends moins le silence relatif qui a précédé le lancement de ces projets. Ce manque d'information et de concertation, cette façon de laisser les habitants un peu à l'écart de ce processus de décision... tout ceci ne me convient pas.

 

Ces activités, utiles et technologiquement plus avancées qu'il y a quelques années, n'en sont pas moins génératrices de nuisances pour le voisinage (au sens très large du terme). Cela, personne ne peut le contester. Or, c'est justement pour cette raison qu'il est vraiment surprenant que les riverains, nombreux, n'aient pas été préalablement informés de ces projets.

 

Comme élu du secteur, j'ai tenu à réagir dans la presse, certes un peu vivement mais pas de façon injustifiée. Ci-dessous mon communiqué repris par le Républicain Lorrain d'hier.

 

La construction de deux centrales d’enrobage est projetée sur la zone industrielle du Port, sur le ban communal de Talange. A juste titre, les riverains font part de leurs inquiétudes quant à leur environnement. Je m’associe pleinement à leur mécontentement, totalement justifié par l’absence d’information et de concertation préalables. Celles-ci auraient dû être organisées par la municipalité.

 

Pour mémoire, je tiens à rappeler que le groupe Maizières Ensemble que je conduis a fait part de ses interrogations et préoccupations sur le sujet au cours du Conseil municipal de Maizières-lès-Metz du 26 septembre qui a, suite au débat suscité et dans l’attente d’éléments complémentaires, rendu un avis réservé. Dans un souci de collégialité, nous avons accepté de nous associer à cette proposition du maire, alors que nous avons fait part de notre opposition au premier projet de centrale.

 

Un deuxième projet est maintenant sur les rails et a déjà fait l’objet d’un permis de construire accordé par le maire de Talange, avant même les résultats de l’enquête publique. C’est une farce de la part de M. Abate que de déclarer qu’un permis de construire « ne signifie pas un permis d’exploiter ». Une société n’édifie pas toute une structure uniquement pour des considérations esthétiques !

 

Cette situation me conduit à formuler trois réflexions :

 

1)       la première a trait à la méthode utilisée par la municipalité de Talange qui, pourtant, se targue d’être un « modèle de démocratie participative » : il n’y a eu aucune information préalable digne de ce nom et encore moins de concertation ;

 

2)       la deuxième tient à la coexistence d’activités industrielles génératrices de nuisances et d’une urbanisation toujours plus forte : il serait vraiment temps de préserver la qualité de vie et l’environnement des habitants du nord messin en évitant de leur infliger toutes ces nuisances ;

 

3)       la troisième est liée à la concentration de la plupart des activités génératrices de nuisances dans le même périmètre, ce qui n’est pas acceptable. Après les centrales de Hauconcourt et de Mondelange, deux nouvelles à Talange. Est-ce une fatalité que d’accueillir dans le même périmètre toutes ces activités ?

 

Il est vraiment très surprenant que les populations concernées de Talange et de Maizières-lès-Metz ne soient pas consultées par leurs maires socialiste et communiste, pourtant grands défenseurs de la concertation. Au-delà des mots, il y a les actes !

Publié dans Autour de Metz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article