Le fond et la forme

Publié le par Julien Freyburger

Ces derniers jours, l'opposition au plan national a eu l'occasion de se réjouir de plusieurs "victoires" avec le rejet de la loi dite "HADOPI" et l'arrêt du Conseil d'Etat relatif au temps de parole présidentiel.

Un mot sur ces sujets, quitte à heurter (un peu) certains de mes amis de la Majorité présidentielle. Tout d'abord, rappelons à toutes fins utiles que le projet de loi "Création et Internet" a pour visée essentielle de lutter contre les modes de téléchargement illégaux des oeuvres via Internet. Ceci pour mieux protéger les artistes lésés par la multitude de sites à partir desquels il est loisible de télécharger films et chansons sans contrepartie. Intention au demeurant louable mais considérée par certains internautes comme attentatoire à leur liberté, entre autres arguments avancés au cours des débats.

Quant à la décision prise par la plus haute juridiction administrative, elle consiste à annuler une autre décision, prise par le Conseil supérieur de l'Audiovisuel celle-là, refusant par principe de prendre en considération le temps de parole du Président de la République et de le comptabiliser à raison du contenu du discours et des circonstances dans lesquelles il est prononcé.

Réservé sur le premier sujet, je ne peux en dire autant du second. Je comprends en effet le ressort de la jurisprudence décidée au Palais-Royal qui est avant tout... d'ordre juridique. Faut-il s'en étonner ? Sûrement pas. En pratique, sans pour autant préjuger des travaux du CSA sur le sujet, cette évolution est probablement une conséquence supplémentaire du quinquennat et du profond changement de régime qui en résulte. Affaire à suivre, donc !


Arrêtons-nous un instant sur l'attitude du parti socialiste en ces circonstances. D'un côté, nous avons pu apercevoir des députés dissimulés au fond de l'hémicycle sortir au moment opportun tels des diablotins de leur boîte. Tout cela pour se réjouir comme des gamins du mauvais tour fait au gouvernement. De grands enfants, on vous dit ! De l'autre, a été célébré le retour de François Hollande sur la scène médiatique qui considère la décision prise par la Haute Juridiction comme un événement historique. Pas totalement faux mais quelque peu anachronique dans la période actuelle...

Plus fondamentalement, il serait judicieux de la part du principal parti d'opposition qu'il se décide enfin à remplir son rôle et à faire son travail. La politique des "coups" ne peut durer éternellement si l'on éprouve ne serait-ce qu'une once de considération pour le débat démocratique.


Or, force est malheureusement de constater que face à une majorité présidentielle loin d'être irréprochable mais particulièrement active et imaginative, sincèrement désireuse de "faire bouger les choses", on ne peut qu'être saisi de vertige tant le discours du PS manque de corps. Une vraie peur du vide s'installe chez bon nombre de nos concitoyens quand ils tentent d'entrevoir des propositions alternatives du côté de la rue de Solferino.

Après l'épisode du Palais-Royal, il est grand temps de faire bouger la "Maison Royal"...

Publié dans En France et Ailleurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sonia 24/04/2009 16:41

Quel est ton avis sur la question du téléchargement?Si je peux me permettre de poser la question.
Oui, le corps députés PS s'est dissimulé dans le fond de l'hemicycle...Mais le plus important n'est il pas que le majorité n'ai pas été présente pour "accoucher" le bébé?
Tu dis que le parti socialiste manque d'envergure et ne cesse de taper sur le gouvernement..
N'est il pas plus judicieux de ne pas se prêter au même jeu?
Bien sur, tu répondras lorsque tu en auras le temps.Ton avis m'interesse.
Bien à toi

Julien Freyburger 06/05/2009 19:44


Sonia,

Tu as raison : le jeu politique n'est pas toujours à la hauteur des enjeux.
S'agissant du téléchargement, je ne suis pas un inconditionnel de ce texte de loi dont je comprends néanmoins le ressort.
Pour ma part, je serais plutôt favorable à une licence globale qui aurait pour atout de ne pas limiter la liberté tout en permettant une rémunération des artistes.
Est-ce réellement envisageable ? Il faudrait consulter les spécialistes de ces questions dont je ne fais pas partie.
Amicalement.